Les clauses de la discorde
12 août, 2013, 10:33
Classé dans : Page principale

Les clauses de la discorde 1-an-demi-signe-premier-contrat-pro-footballe-l-ssmoeu1-150x112

Voici notre joueur… Prêté pour vous, absenté contre nous.

Telles sont les clauses que l’on peut retrouver dans certains contrats négociés malicieusement par des présidents de clubs n’hésitant pas à utiliser divers coups de génie afin de rafler la mise du résultat bénéfique à leurs yeux ébouriffés par l’appât du gain.

Plusieurs entourloupes  de la sorte sont conçues malheureusement, prenant ainsi en otage le joueur qui lui, devient dans cette politique du vaurien, un véritable cobaye d’une diplomatie utilisant là, un privilège tronqué.

Telles sont les différentes surprises que l’on peut retrouver lors de transferts parfois forcés ou pas, de footballeurs passants d’un club à l’autre, devenant la marchandise de tous les dividendes possibles et surréalistes de ce monde fou et aisé, où le mot « sportif » a perdu semble-t-il de nos jours le sens de l’éthique, quand même l’acteur principal se voyant obligé d’absorber malgré lui, les couleuvres du      profit-sharing.

Comment pouvons-nous observer cette hallucinante mascarade, tout en étant pris de court tout de même en découvrant ce type de compromis le jour même d’un match comme souvent, sachant que, bien que de sphère privée, celles-ci ne faisant guère partie de la « flash chronique » ou du       « scoop info ».

Et ce n’est pas tout, car les clauses se sont diversifiées au fil du temps,  parfumant aussi et maintenant les « entraîneurs » de ce poison banni de nos saints esprits, n’imaginant pas un instant que l’hameçon ne soit pas mordu un 1er avril.

Et pour exemple, quand un club offre sur un plateau une magnifique          « clé libératoire » sur le contrat de l’opportun lui permettant de s’en aller sur le champ et sans états d’âme, en cas de possibilité d’entraîner une sélection nationale ou autre, et parfois sur le même continent, Je me dis que le carnaval bureaucratique doit cesser.

 » Farid TALEB « 



PUMA : Les tuniques de la dérision
7 août, 2013, 12:14
Classé dans : Page principale

 PUMA : Les tuniques de la dérision africa2-150x77

Il fut un temps où le maillot de foot représentait plus qu’un symbole, mais
réellement une identité indestructible, y compris et surtout ceux des
sélections, des nations.

Des couleurs officielles au logo illustré sans oublier la touche créative
inspirée du pays représenté, voilà que tout un peuple noyait sa fierté dans ce tricot « emblématic ».

L’étoffe du supporter transportait sur et en lui tout le miroir du patriotisme.

Aujourd’hui, ce « tee-shirt » devenu avec le temps de son ancienneté et de ses époques vécues, si précieux, faisant même naître depuis, des amateurs de la collection recherchée.

Malheureusement nous constatons que certains pays, voir continent ne sont pas, ou plus vraiment traiter en « ex æquo » depuis quelques années dans la perfection « voulue » innovatrice.

L’Afrique, évidemment fait partie de mes « Fashion victim », puisque pour tout vous dire, bien qu’il faille entretenir une sorte de « pipe-line » durant une maintenance échelonnée et contractuelle, en y amenant quelques retouches, je pense qu’il est indispensable de ne sortir de sa trajectoire sa description, qui est pour moi, l’icône à la fois « stylisée et fidélisée » de la nation.

Or nous constatons ces derniers temps, avec surprise et déception d’ailleurs, qu’en découvrant les nouveaux « tronc-fanion » de divers pays Africains, en période de compétitions officielles comme la  » CAN  » par exemple, qu’une particularité étrange donnait lieu à cette réaction de nous dire :

Pourquoi autant d’unicité dans la coupe de ces confectionnés ?

Si vous retirez le logo et le colorant, vous obtiendrez une même toile, un noyau unique.

Alors que le kiwi n’est pas l’abricot, qui lui n’est pas la banane qui nous
ferait glisser de par sa peau jusqu’à la « grenade », qui pourrait exploser à
nos yeux détecteurs, voir détracteurs en nous rappelant que chaque fruit a son originalité tout de même.

Sans vouloir tergiverser, dans un sujet qui peut être dispensable pour certains, je trouve que ce petit détail marqué par l’homogénéité de son résultat a éveillé dans mon esprit, le sentiment que l’Afrique est encore une fois la proie de sous-traitants « symptomatic ».

En ayant perdu déjà quelques têtes d’affiches, j’ai bien peur que les modélistes désignés vont devoir éclairer leurs futures « lanternes » génératrices je l’espère d’une satisfaction redoutée.

 » Farid TALEB «



L’ Algeréna Stadium
6 août, 2013, 13:51
Classé dans : Page principale

 L' Algeréna Stadium images-150x150

Blida.. Annaba, Le 5 juillet, eh oui ! vous ne rêvez pas !

Aucune enceinte digne des années 2000 n’a remplacé un de ces stades mythiques qui a eu son heure de gloire, à chacune ses anecdotes, que ce soit en officiel ou amical.

Nous attendons l’aujourd’hui de demain, la grâce du 1er coup de pelle, voir l’immense grue qui nous indiquerait sans équivoque l’azimut de l’œuvre escomptée.

L’édifice rêvé fait gémir d’impatience l’Olympie algéroise de voir ses enfants bientôt réunis dans une résonance ambiante et un confort familial d’une arène régulée.

Quand nos voisins nous alignent 4 pilons sur une nappe d’huile toute verte, on se dit que l’effort dû et impératif doit masquer la décadence de notre cher football national pour commencer à rebâtir, construire les infrastructures nécessaires, qui sont pour la majorité des partisans de l’évidence, l’ultime détonateur de la résurrection.

Nous ne voulons plus régler la barre des couleurs sur notre menu TV, tellement nous ne croyons plus en nos dons daltoniens.

Un jour, les lumières du stadium ou de l’Aréna illumineront le regard perçant du fennec conquérant et en maître de la ruse, verra son Colisée l’acclamer tel un gladiateur adoré.

Fermons les yeux, le rêve commence..

 » Farid TALEB « 

 



les vérités du Mercato
10 juillet, 2013, 13:01
Classé dans : Page principale

les vérités du Mercato mercato_en_direct_m-150x150

le Mercato, ce fameux marché où la galaxie FOOT est en ébullition pendant la période estivale, nous mettant en haleine du matin au soir à de multiples annonces de transferts, voir de surprises, retient tout de même une attention particulière à ce monde devenu fou au fil du temps.

De différentes clauses incluses dans les accords entre les protagonistes de cette sacrée place boursière, à des bonus à tout va, donnant naissance à de contrats juteux non contrôlés.

Et les conséquences sont terriblement désastreuses lorsque toutes les vérités sont dites surtout quand les différentes parties ne trouvent pas satisfaction.

Les règlements de compte se dévoilent sur la place publique et les langues se déchainent..

Nous voilà dans ce que j’appelle sans hésitation, un monde sans pitié !

Au début vous êtes l’enfant chéri, et plus tard vous êtes tout simplement indésirable, voir banni.

D’une histoire d’amour accrochée au bout du stylo, soudain l’imbroglio peut sortir du chapeau lorsque les intérêts ne se côtoient plus, et là c’est le drame, le fait divers.

Le football perd d’année en année de sa fraicheur morale, surtout quand on voit que la finance gouverne même les battements de cœur..

Mais où est donc passé l’amour du maillot ? le mythe de la passion ?

Depuis la disparition de l’esprit familial, les clubs sont devenus de véritables entreprises, de sociétés Holding et j’en passe ! transformant du coup les agents de joueurs en courtiers malveillants mettant quelque fois leurs poulains dans l’embarras..

Du joueur autochtone, on est passé en mode mercenaire du 21ème siècle..

Voyant les acteurs principaux du rectangle vert s’adapter à ce cirque indigne des valeurs que doit véhiculer des sportifs de haut niveau, rappelant que la discipline est la matière première.

Les footballeurs ont toujours eu le beau rôle au péril de leur carrière, parfois brisée ou relancée.

A l’heure où l’UEFA essaye de réguler les mentalités des clubs européens, avec son Fairplay financier.. en espérant que cela change un peu les comportements, tout est devenu dans le conditionnel, le spectacle s’en retrouve réduit de toute sympathie..

Que faire ? à part observer et attendre un miracle.. un changement n’est pas à prévoir pour les années à venir malheureusement, par contre ce qui inquiète aujourd’hui est le nombre de footballeurs laissés sur le carreau.

Effectivement, L’UNFP déclare au 30 juin 2013, 268 joueurs libre (en fin de contrat) , donc au chômage.

Le football a souvent servi de bouée de sauvetage à une société qui voit même dans ce sport du peuple ses difficultés sociales qu’elle rencontre au quotidien, s’embouteiller au plus profond de son espérance.

Sollicitons les bonnes volontés et prions les dieux du stade, histoire de sauver ce qui pourrait devenir une véritable désillusion pour nos jeunes rêveurs.

 » Farid TALEB « 



Ô rage Ô Désespoir !
14 mai, 2013, 23:14
Classé dans : Page principale

Ô rage Ô Désespoir ! psg-champion-2013-fete-au-trocadero-gachee-par-les-supporters-13-05-2013-remise-du-trophee-de-ligue-1-au-trocadero-paris-20130514094149-1620-150x99

Le Trocadéro a vu la fête destinée à rendre hommage à ses vaillants champions de France, basculer dans une désillusion déconcertante.

Les joueurs attendus impatiemment en début de soirée, ont eu l’occasion de véritablement faire connaissance avec le malaise parisien.

Le bus des joueurs arrivé, la tension commença à monter d’un cran dès que l’équipe parisienne monta à peine sur l’estrade mise en place pour les accueillir comme des artistes  triomphants.

Mais ce ne fut rien, des images relatant ainsi des nuages de fumigènes, venant gâcher malheureusement l’émotion la plus recommandée du gala organisé par le club et la mairie de Paris.

Un échafaudage présent sur le palais de Chaillot, se voyant se faire escalader par quelques lascars, dont le plus entêté voulant atteindre le nirvana en sautillant une fois arrivé en haut de l’édifice, tel un Rocky Balboa.

Même le dernier des cancres aurait soupçonné qu’au moins une personne aurait eu le péché de jouer à l’alpiniste, mais comment se fait-il que l’accès n’était pas sécurisé ?

Et pendant ce temps-là l’ambiance ressentie juste après la remise de l’hexagoal, nous a donné une petite idée de ce qu’il y a de plus terrifiant lors d’un rassemblement à risques.

La célébration a dégénérée à un degré tel que la parade prévue a été amèrement annulée.

Alors ultras ou racailles ? Qui sont les coupables ? Démasqués ou choisis ? Finalement n’est-ce pas là la plaie du club parisien ?

Le Paris Saint Germain comme son nom l’indique est le club de la capitale, donc de la ville, ou plutôt du centre-ville de l’Ile de France.

Or toutes les capitales européennes enregistrent au moins 2 clubs, deux bataillons dans la même catégorie, est-ce normal qu’en France ce ne soit pas le cas ?

La banlieue a toujours espérée depuis des lustres sa  » Team Ligue 1 « .

La frustration est telle, que lorsque le stade de France s’est proposé d’héberger les pensionnaires du camp des loges, le clan Saint Germain ne s’est pas fait attendre en plaçant son veto, se souciant du non-retour de leur équipe fétiche au Parc des Princes, ce qui semble être d’une certaine évidence.

Je pense qu’il faut qu’une deuxième élite voit le jour en région parisienne, afin de soigner les frustrations comprises et dissiper du coup cette censure de présence sur l’archipel.

A quand un derby parisien ? histoire d’enterrer la hache de guerre..

«  Farid TALEB « 



Le PSG, un champion tant attendu !
13 mai, 2013, 1:36
Classé dans : Page principale

Le PSG, un champion tant attendu ! parisiens-2-150x85

Et voilà, c’est fini.. La ligue 1 connait enfin son Roi, et ce n’est pas l’Olympique lyonnais qui dira le contraire..

Tout ceci ressemble à une passation de pouvoir, tellement avec le recul les 7 titres lyonnais ont marqués les esprits, donc décrocher ce titre à Gerland ne pouvait être que Royal.

En ayant maîtrisé le match dans son ensemble, les nouveaux champions de France ont réussi le pari de ne pas attendre encore une journée de plus pour enregistrer le 3ème titre de leur histoire.

La semaine aura été minutieuse et surtout studieuse du côté du staff parisien, en voyant et en constatant le comportement des joueurs, sereins et sages d’esprits sur le terrain.

Après les deux semaines passées sous tension avec les diverses conséquences que l’on connait, on aurait pu imaginer le pire, mais ce n’est pas connaitre les dessous d’une cylindrée déclarée.

Concernant la saison, elle n’a pas été si parfaite que cela, mais l’essentiel est là.

Sans oublier les erreurs de casting, Thiago Motta le destructeur et collectionneur de cartons, Momo Sissoko le flop malien, et Jallet le choix par défaut, on peut quand même mesurer le talent et la grandeur nature des Lavezzi, Pastore et Matuidi qui ont largement contribués au sacre de l’hexagoal et d’un Thiago Silva qui a révolutionné le métier d’un classique stoppeur ou libéro.

pour Lucas Moura, à priori, il semble nous donner rancard  prochainement, patience.. avec bien entendu un Sirigu plus joyeux et mieux acclimaté..

Pour les controversés, entre autres Menez et Zlatan Ibrahimovic, le 1er a toujours été malheureux de perdre sa titularisation, et le second malgré son irréprochable compteur but, 27 buts inscrits au service comptabilité de la LFP, ce qui est plus qu’honorable dans un championnat réputé très fermé, devra apprendre à canaliser sa fougue arrogante et révoltante, pas du tout aux normes du fairplay et indigne d’un moine de Shaolin..

Pour Carlo Ancelotti, la mission est accomplie et la pression s’estompe petit à petit, à en croire les médias il ne devrait plus entraîner au camp des loges, mais les nuits portent conseil, n’est-ce pas ?

Laissons les braves soldats de la capitale savourer et goûter au Graal suprême, tant ce trophée est le plus difficile et le plus apprécié de l’Hexagone.. et arborer leur nouveau slogan né ce soir  » Parisiens et Champions ! « , voilà qui est dit ! Paris est magique..

Félicitations donc au Paris Saint Germain pour son œuvre en cette saison 2012-2013, et en attendant un deuxième cador européen débarquer au sein de notre ligue 1, peut être aux arômes de principauté,  je vous laisse dessiner les contours de la saison prochaine en imaginant et en observant le futur mercato qui s’annonce déjà amusant et palpitant..  

 » Farid TALEB « 



Léonardo, de la perfection à l’illusion !
8 mai, 2013, 22:49
Classé dans : Page principale

Léonardo, de la perfection à l'illusion ! telechargement-150x84

Que s’est il passé dans la tête de notre séducteur Léo, le playboy du Parc a complètement craqué à l’issue du match de son équipe, certes,  future championne de France seulement sur le bout des langues pour le moment, pour faute de ligne d’arrivée non franchie.

Un fâcheux dilemme..

C’est à se demander si cette étonnante poussée d’adrénaline n’ a pas eu raison du natif de Niterói, laissant sa colère éclater devant les caméras des médias présents, voyant son geste du coup pour le moins rare et inadmissible de la part d’un dirigeant envers le corps arbitral , montrer son manque de Self control, crucial pour l’avenir et l’image d’un futur grand club.

Le récit de l’incident..

Effectivement, juste après le match entre l’équipe parisienne et le Valenciennes football club, voyant l’arbitrage de mr Alexandre Castro, sévère envers le PSG, carton rouge étourdissant et troublant sur Thiago Sylva, celui-ci ayant touché et bloqué l’arbitre sur son chemin, ce dernier n’a fait qu’appliquer le règlement de l’expulsion, malheureusement pour les repentants.

La pression qui monte..

Les joueurs parisiens eux aussi, avaient eu l’occasion de laisser éclater leur fatigue mentale lors du weekend dernier sur le terrain  d’Evian Thonon Gaillard, en montrant toute leur impatience en crachant leur venin, transformant l’atmosphère de fin de match en violence injustifiée.

Le crève-cœur..

Et quel déluge ! quand on voit Nasser Al Khelaifi se démener comme un enfant, allant calmer son camarade de classe en essayant de le ramener à la raison devant la sécurité et les délégués présents.

Malheureusement, la réalité rattrape souvent la naïveté de l’arrogance, le président du PSG en sait quelque chose, lui qui a toujours prôner une diplomatie inégalée au sein des médias, quelle classe !

Cela dit, que va-t-il rester de cet incident entre les 2 hommes, quand on sait dorénavant, que les conséquences seront non seulement dures à vivre, et surtout à digérer, voir à gérer.

Cataclysme et marasme..

On peut dire que là, Leonardo a fait plus qu’une boulette, puisque la sanction de la commission de discipline est tombée, suspendant du coup le lieutenant brésilien à titre provisoire de toute fonction officielle.

Le PSG fêtera son titre certainement avec un gout amer, et mènera à des réflexions au sein de la direction Qatarie, sachant que déjà avant l’achat du club,  leur petit bijou souffrait de reconnaissance et d’un manque d’affection irréfutable en France.

Alors, ce que nous pouvons conseiller à Mr Léonardo c’est qu’avant de suffoquer à toute gloire glanée, il faut passer par les marches du palais, pour pouvoir mieux comprendre, les règles du royaume, et ainsi s’asseoir plus dignement sur le trône.

 » Farid TALEB « 



L’Ego et le Centrisme
7 mai, 2013, 12:57
Classé dans : psychanalyses

L’Ego et le Centrisme dans psychanalyses egocentrique-150x115

Oh mon beau miroir, dis-moi qui est le plus beau ?
L’égocentrisme… N’est-ce pas là le virus du 21ème siècle ? malheureusement qui a fini par atteindre notre sport favori et ravager toutes les neurones de nos savants footballeurs, vaillants de courtoisie jadis, à nous couper le souffle de l’appréhension du refus, du non, ou de l’inaccessibilité.
La science du terrain m’a toujours fait comprendre qu’à chaque palpitation d’une phase de jeu appréciée, le cerveau se liait au cœur par l’aorte médiane du rectangle vert, dégageant là l’émotion requise pour l’éloge et le consentement mutuel sur l’artiste décelé.
Le fameux nombril, du footballeur distant, devenu aujourd’hui le point culturel des intermédiaires de la finance et de la matière grise malmenée, en offusque plus d’un.
Le contact avec l’idole du peuple a perdu de sa bravoure qui faisait du joueur, une référence à tous les points de vue, de l’identité sociale à la note d’humanité, et bien d’autres sur lesquels nous pouvions nous, les êtres modestes et fauchés, nous accrocher, voir, nous référer.
Aujourd’hui, la Money time gouverne et décide même de l’humeur de celui qui devrait justement nous faire oublier nos caprices empressés, à travers ce magnifique sport si populaire de par sa faculté à faire véhiculer une des valeurs propres de l’idolâtrie, l’affection du partage savouré.
L’égocentrique l’adopte autrement, manipulant et désobéissant aux anges de la foot mania, en ne respectant qu’à demi-mots, les premiers dictaphones et paragraphes contrôlés.
Pelé, Maradona, Zidane.. Grâce à vous et heureusement pour nous, le football de rue demeure la maison de l’exception espérée et du don adjugé.
L’honneur du ballon rond résistera tant que le talent pur et concret y règnera.

 » Farid TALEB « 



Coup de cœur ! El Mago y no el Flaco !
5 octobre, 2011, 1:03
Classé dans : chronique France

Coup de cœur ! El Mago y no el Flaco ! dans chronique France pastore-inscrit-son-premier-but-930_scalewidth_630-300x200

Il s’appelle Matias, et a déjà conquis la planète France.

S’imposer aussi vite dans le club le plus controversé de la ligue 1 est magistralement  exceptionnel, déjà 7 buts au compteur, tous marqués à chaque compartiment de jeu, montrent toute l’étendue de l’artiste.

L’albiceleste peut se frotter les mains en tenant là en plus de messi , un deuxième diamant, nommé el Flaco, que moi je renommerais volontiers El mago, le magicien.

Javier Matias Pastore est incontestablement une perle rare, un joueur atypique que le Paris Saint Germain a su et pu bénéficier, grâce, certes à un nouveau propriétaire riche et ambitieux, mais qui a dans l’absolu, réussi son 1er casting.

Le joueur dégage une incroyable sérénité dans son comportement que sa réussite en ce début de saison parait comme d’une formalité inouïe.

L’amour que lui témoignent les amoureux du ballon rond, ressuscite l’engouement pour le football du plaisir et de la passion et non le football de Carlos Tevez.

Il est de ceux que l’on qualifie de « crack !» dans le jargon footballistique.

Je pense que dimanche soir, il y a eu comme une passation de pouvoir entre l’olympique lyonnais et le PSG, et mon petit doigt me dit que cette nouvelle décennie pourrait habiter la capitale.



Coup de gueule : Carlito tu n’as pas le droit !
5 octobre, 2011, 1:01
Classé dans : chronique européenne

 

Carlos Tevez a surpris son monde en refusant tout simplement de rentrer en cours de match où son club jouait sur le terrain du Bayern Munich un match capital en Ligue des champions.

Alors que ses coéquipiers étaient en difficulté, il a executé un comportement inacceptable vis-à-vis de son club et forcément odieux pour les supporters.

Son égo a pris le dessus sur ce qui devrait être sa passion partagée, le plaisir.

Ce geste est impardonnable dans le sens où la champion’s league est la compétition la plus regardée dans toute la galaxie continentale où tout joueur rêve au moins une fois dans sa vie d’y participer un jour, un match, voir une minute.

Cet acte irrespectueux témoigne de la nouvelle vague de joueurs issue du football business où les chiffres ont remplacés les battements du cœur, le pou de l’âme.

Sachez une chose Mr Tevez : trahir la prestigieuse, c’est éteindre les étoiles du football.


123

electrotouka |
Ju-Jitsu Combat |
BODYSURF GV |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sport news
| TST LÉZARDRIEUX
| Avec footlook, vivez le mon...